40 ans le bon âge pour s’occuper de son placement ?

assurance vie

Lorsque l’on a 40 ans, on songe tout d’abord à assurer la sécurité de son entourage en faisant en sorte qu’ils aient tout ce qu’il faut si un désagrément survient. Passée cette étape, il vous sera alors possible de penser à optimiser votre épargne.

Penser à l’impensable

Les enfants grandissent et à 40 ans, il est important de penser à leur avenir, si on était plus là pour les accompagner. Il peut être utile de se renseigner sur les produits de prévoyance. Les contrats rentrant dans le champ de la prévoyance sont justement faits pour répondre aux conditions de vie de chacun au sein de la famille comme au travail.

Le dispositif prévoyance prévoit dans la majeure partie des cas le versement d’une somme à votre famille dans le cas d’un décès ou d’une perte de validé. Dans le domaine professionnel, les contrats de prévoyance peuvent être utiles pour le versement d’indemnités.

L’assurance vie peut aussi répondre à certaines de ces exigences grâce à la clause bénéficiaire qui vous permettra de réserver un certain montant à une personne sélectionnée.

Diversifier votre épargne

La quarantaine est la période rêvée pour voir plus loin pour ses investissements puisqu’à cet âge, on a souvent un capital plus solide.

Renseignez-vous avant toute prise de décision d’avoir les sommes nécessaires. Vous devez posséder au minimum l’équivalent de trois mois de revenus pour être à l’aise.

Acheter votre maison ou votre appartement est un bon placement par exemple. En outre, vous aurez sûrement un apport élevé qui vous donnera la possibilité d’écourter votre emprunt.

Vous pouvez aussi choisir des placements boursiers dans la mesure où vous n’êtes pas dans l’urgence et que votre situation est stable. Vous pouvez ainsi vous tourner vers l’assurance vie et les OPCVM ou encore le Plan Epargne en Actions.

Placements et taxation

Notez que tous les investissements ne sont pas égaux face à l’imposition. De fait, les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation par exemple peuvent être intéressants.

La fiscalité ne doit cependant pas être le facteur qui guide votre choix. C’est l’optimisation de votre placement qui doit vous guider dans vos investissements.