Les parcours cyclables de Sologne

On trouve entre-autre, une route verte de 50 km. À la seule condition de disposer, au choix d’un vélo tout chemin ou de bonnes chaussures de marche, on peut commencer à longer le canal de la Sauldre… Au choix, à Lamotte-Beuvron ou à Blancafort. Le cheminement est souvent rustique, mais on fera la balade sans la moindre difficulté en une journée de vélo ou à vélo électrique ou deux jours à pied.

Le tracé est plat, par définition, et doublement balisé. Empruntant le GR 31, puis le GR de pays il suit le chemin du « Canal de la Sauldre », halage sur tout son parcours, a une seule exception près, à hauteur de Brinon-sur-Sauldre. Un « chemin de labeur » le long duquel deux hommes, un de chaque côté, tiraient, voici un siècle leur lourde péniche de bois (27 m de long pour 2,5 m de large et 1 m de profondeur) chargée de 50 à 70 tonnes de marnes ! Six jours leur suffisaient pourtant pour faire l’aller et retour Blancafort/Lamotte/Beuvron/Blancafort… On n’en observera que plus attentivement les écluses (22 en tout), les ponts de pierre (48, un par kilomètre) permettant le passage « inférieur » des haleurs et les vastes bassins creusés pour les haltes et les croisements de péniches. La voie d’eau ne connaît plus d’autres activités aujourd’hui que celles, bien paisibles, des pêcheurs et des randonneurs à pied ou à vélo. N’y règnent qu’un calme apaisant, un ordre qui paraît intact, un frémissement impressionniste au printemps, un flamboiement d’ors et de rouges quand octobre transforme en kaléidoscope les superbes échappées du canal assoupi.

Des pistes cyclables le long d’un canal abandonné

Ce canal a repris vie peu à peu, depuis que la région a commencé de l’arracher à son inexorable enlisement. Bief par bief, l’ouvrage (jamais nettoyé depuis son creusement) a été méthodiquement curé. Entamée par Blancafort et Argent-sur-Sauldre, l’opération s’est achevée à l’orée du nouveau millénaire, le syndicat de Sologne rêvant, à terme, de transformer en gîtes d’étape quelques maisons d’éclusier. Non loin du bassin où les chalands chargeaient les marnes, l’une des écluses à petit gabarit par lesquelles transitaient, bien à l’étroit, les péniches solognotes.

Les parcours cyclables de Sologne

Chemin de halage du canal de la Sauldre avec ses 48 km de Blancafort (Cher) à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher).

Nature des voies cyclables

Sentier stabilisé, compacté pour partie, naturel pour le reste.

Sécurité

Particulièrement isolé, le parcours sera plus plaisant à parcourir à plusieurs.

Profil du parcours

Plat, sans exception.

Paysage traversé

Sous-bois solognot sur toute la longueur du parcours.

Équipement

Uniquement dans les villages et bourgs traversés.

À découvrir sur ces parcours cyclables

Pour ses maisons à pans de bois et l’ancien château des Stuart (XVIe siècle), Aubigny-sur-Nère vaut plus qu’un détour. Blancafort (église et château du XVe), Brinon-sur-Sauldre pour son église et son « caquetoir » (Raboliot fut écrit ici). Argent-sur-Sauldre (église du XVe siècle) sont autant de haltes ou d’étapes possibles, tout comme la base nautique de l’Etang-du-Puits. Enfin, si la région solognote est célèbre pour sa table, faut-il rappeler que Lamotte-Beuvron l’est pour la maladroite recette des demoiselles Tatin, la fameuse tarte aux poires retournée qui est à la pâtisserie ce que les bêtises de Cambrai sont à la confiserie ?

À lire ou à relire, au passage, deux livres-cultes profondément marqués de l’atmosphère solognote : Raboliot, de Maurice Genevoix, et Le Grand Meaulnes, d’Alain-Fournier. Doublé au passage de Blancafort, le chemin de halage du canal de la Sauldre se réduit parfois à un simple sentier… Il reste toujours roulable, et accessible aux VTC autant qu’aux VTTAE. Églises a « caquetoire », épais sous-bois, maisons de brique. Nul besoin d’en rajouter, on est bien ici dans l’univers des romans de Maurice Genevoix et d’Alain-Fournier !